La loi (n°2009-1791) du 31 décembre 2009 vient d'autoriser la ratification, par la France, de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées signée à New York par 139 pays dont la France, le 30 mars 2007, et entrée en vigueur le 3 mai 2008. Source : net-iris.fr

La convention des Nations Unies réaffirme les droits, encore trop peu respectés, à l'endroit des personnes handicapées, mais sans en créer de nouveaux spécifiquement pour ces dernières. Elle précise cependant, ce que ces droits impliquent pour les personnes handicapées.

En ratifiant cette convention, la France s'engage à améliorer davantage la qualité de vie des personnes handicapées, et notamment à lutter contre les discriminations à l'emploi et celles liées à l'accès aux biens et services, encore trop nombreuses à ce jour. Rappelons que selon les Nations Unies, près de 650 millions de personnes sont handicapées à travers le monde, soit environ 10% de la population mondiale. Celles-ci font partie des personnes les plus marginalisées, puisqu'on estime que 20% des personnes les plus pauvres au monde sont handicapées et que 80% des personnes handicapées vivent dans les pays en développement. Dans ces pays, 98% des enfants handicapés ne vont pas à l'école et le taux d'alphabétisation des personnes handicapées ne dépasse pas les 3%. Or, nombre de pays sous-développés ne possèdent pas de dispositions légales avancées en matière de promotion et de protection des droits des personnes handicapées. Aussi, la Convention internationale visant à assurer aux personnes handicapées la jouissance effective des droits déjà reconnus en droit international, devrait améliorer les conditions de vie des personnes handicapées principalement dans pays sous-développés. En effet, leur adhésion à la convention les obligera à adopter des mesures législatives pour mettre leur droit interne en conformité avec la convention, ce qui se traduira par une amélioration de la situation des personnes handicapées dans ces pays.

Bien entendu, il va en être de même pour la France où il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. A nous d'être vigilant !