Aujourd'hui, jeudi 11 février 2010, c'est le 5e anniversaire de la loi handicap. Force est de constater qu'en ce qui concerne l'accessibilité de la voirie et de bâtiments recevant du public, un long chemin reste encore à parcourir.

En ce qui concerne l'accessibilité de la voirie, des espaces publics et des établissements recevant du public, la France a plus de 40 ans de retard par rapport à d’autres pays comme les Etats-Unis, ou les pays de l'Europe du nord. En effet, nombreux sont les élus et décideurs qui ne font pas ce qu'il faut pour combler ce retard, en dépit de la loi et des textes de plus en plus précis !

Au train où vont les choses, l'accessibilité des personnes handicapées sera "une belle idée" du Président Chirac qui se perdra "dans la nuit des temps" et les personnes en situation de handicap seront encore et toujours les exclues de notre société.

Et de cela il n'est pas question ! Nous devons "FAIRE FACE", interpeller les élus, dénoncer les manquements aux textes en vigueurs, manifester notre mécontentement, exiger le respect de la loi tout simplement. C'est ce que notre association fait jour après jour (MOBILITE REDUITE 1 bis avenue des Carrosses - 77210 AVON - Tél : 09 50 10 95 33).

Car en matière d'accessibilité, nous estimons que l'exemple doit venir "d'en haut". En effet, si l'état, les administrations, les intercommunalités et les municipalités montraient l'exemple, il serait alors beaucoup plus facile pour tous les autres établissements de se mettre en conformité. C'est un énorme chantier, car tout doit être accessible d’ici au 1er janvier 2015, c'est à dire dans moins de 59 mois.

La voirie est encore un point faible des villes avec seulement 14% d'accessibilité. Or ce point est alarmant car si la voirie n'est pas accessible, c'est toute la mobilité et l'autonomie des personnes handicapées qui sont rendues impossibles.

Certes, des efforts ont été faits de-ci de-là. Mais malheureusement, nous constatons encore trop de manquements à la législation en vigueur, trop de laxismes, trop de "je-men-foutisme"...

A ce rythme là, nous n'allons pas rattraper notre retard.