Aujourd'hui vous êtes en pleine forme, avec une santé de fer, un moral d'acier, un bon boulot, un conjoint, des enfants, bref tout pour être heureux.

Et puis patatras ! Un accident survient, une grave maladie se déclare et vous vous retrouvez dans une situation que vous n'auriez jamais imaginée : le handicap. Votre mobilité est réduite.

La situation de handicap frappe toutes les couches sociales et tous les âges sans aucune distinction. Du jour au lendemain c'est la galère qui s'installe. Souffrance, dépression et combat deviennent le quotidien.

Puis retour dans la vie civile, souvent synonyme de perte d'emploi, de baisse de ressources, de perte d'autonomie, de perte de repères. Bref, la descente dans l'échelle sociale, avec parfois un divorce à la clé.

Bienheureux ceux, ils sont très rares, qui ont et gardent de bons revenus, car pour les autres, hélas beaucoup plus nombreux, c'est la galère.

Aujourd'hui, au 21 siècle, dans la cinquième puissance économique du monde, les personnes handicapées vivent avec moins de 910 euros (seuil minimum de pauvreté en 2010).

Proprement scandaleux.

Les personnes handicapées sont exclues du travail, exclues de la société, exclues de beaucoup d'activités, exclues de tout ce qui fait la vie sociale au quotidien. Pour beaucoup, plus rien n'est comme avant.

Samedi 27 mars 2010, « Ni pauvre, ni soumis » (NPNS) http://www.nipauvrenisoumis.org/ , regroupant près de 100 associations nationales, attend plus 10 000 personnes pour manifester aux quatre coins de la France. La demande est simple : la création d'un revenu d'existence égal au SMIC brut pour les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes.

Jean-Michel ROYERE Président de l'association